Le no-code, une clé pour lancer la transition numérique de votre projet associatif

Qu’est-ce que le no-code ?

Le no-code est un mouvement rassemblant un ensemble d’outils qui permettent de créer un site web, une application web ou mobile, une API, un chatbot, ou encore une expérience de réalité virtuelle sans avoir à maîtriser le code informatique, mais en utilisant des briques existantes, à partir d’outils visuels.

Les avantages du no-code pour les associations

Le premier avantage du no-code est qu’il permet d’agir beaucoup plus rapidement qu’en faisant appel à un développeur. En effet, cela permet de gagner plusieurs semaines et donc de répondre au plus vite au besoin. On peut citer l’application #enmodeconfiné de l’association Banlieues Santé qui est née dans le cadre de la crise du Covid-19 : en trois jours, l’application était fonctionnelle. Cette initiative consiste à donner les bonnes pratiques concernant le Covid-19 en plusieurs langues et à organiser des livraisons pour des populations vulnérables.//une idée d’un autre exemple?//  Les acteurs associatifs peuvent donc agir plus vite grâce au no-code, et répondre à l’urgence de certaines situations.

Ensuite, le coût des applications no-code est bien plus faible. En effet, à en moyenne 500 euros la journée, faire appel à un développeur coûte cher. De plus, des journées de travail sont souvent perdues entre les multiples échanges pour comprendre le produit et les cahiers des charges pas forcément bien lus. Bien sûr, pour certains projets complexes, il faudra peut-être faire embaucher un développeur. On notera cependant qu’en faisant une première version fonctionnelle en no-code, puis en faisant appel à un développeur, il travaillera plus vite et comprendra mieux les attentes. Comet, plateforme de mise en relation de freelances et entreprises, est arrivée jusqu’à atteindre 500 000 euros d’ARR sans utiliser une ligne de code. Ils sont ensuite passés en partie au code pour utiliser des fonctionnalités plus complexes (IA).

Surtout, le no-code permet aux associations d’être plus autonomes. En effet, elles peuvent contrôler leurs moyens de production et modifier facilement les fonctionnalités de l’application ou du site : avec le no-code, il suffit de faire un glisser-déposer pour déplacer du texte, un bouton ou encore une image ! De plus, de nombreux tutoriels sont accessibles (comme sur contournement.io par exemple 😉 ) et permettent de monter en compétence très vite sur ces outils.On notera toutefois que les outils no-code sont dans la vaste majorité propriétaires, ce qui pourrait déranger certaines personnes. Les logiciels proposent cependant des réductions pour les associations. De plus, le fait que ces outils soient propriétaires permet sans doute une plus grande sécurité des données qui sont hébergées dans le cloud. Les utilisateurs peuvent donc se concentrer sur le besoin plus que sur l’hébergement du serveur, les mises à jour ou les questions de sécurité.Pour résumer, le no-code permet aux associations d’agir plus vite, pour un coût moindre et de contrôler leur solution de manière plus directe.

Et concrètement, comment je me lance ?

  • Ce dont vous avez besoin : un ordinateur, une connexion internet, un peu de motivation
  • Je cherche des outils : nocoders.fr recense les meilleurs outils no-code en les présentant par catégorie
  • Je suis bloqué.e, qu’est-ce que je peux faire ? Je peux poser une question sur nocodeurs.io où des experts no-code me répondront gratuitement
  • Surtout, n’hésitez pas à nous tenir au courant de vos avancées 😉